23.2.09

au théâtre


Vendredi soir, spectacle de danse du conservatoire de Lille.
Pendant longtemps j'étais sur la scène et me voilà depuis quelques années déjà assise dans les beaux fauteuils rouge du théâtre en temps que spectatrice.
Tout les ans en sortant de ce spectacle, je me remémore de beaux souvenirs (l'odeur de la laque dans les cheveux et des poudres sur le visage, les petits escaliers raides qui mènent aux loges,l'appréhension et l'excitation général avant le début du spectacle...), et j'ai terriblement envie d'y retourner!! c'est presque frustrant d'être "juste" spectateur.
et vous avez des passions comme celle ci?


merci à Mademoiselle Roses des sables qui parlent de mon blog sur le sien! ça me fait très plaisir!

5 commentaires:

christel a dit…

ta photo est magnifique ... pleine de douceur. je n'ai jamais assisté à un ballet, jamais pratiqué non plus la danse qui réclame tant de rigueur et de sacrifices mais j'envie ce joli port de tête !

la trollette a dit…

Une bien belle photo!
Je danse comme... heu non! Personne ne veut le savoir, comment je danse!
Ma passion c'est chanter. Disons pour être plus juste que c'est la plus ancienne.
J'ai commencé le chant choral à 8 ans et je m'y suis tenue chaque année sans interruption jusqu'à mes 23 ans. Puis j'ai arrêter pendant longtemps, pour des questions d'horaires et d'autres freins moins factuels... et j'ai repris en 2007. Depuis je me demande comment j'ai pu me passer de ça pendant toutes ces années?
J'aime les concerts, oh ça oui! Il n'y en a pas deux pareils même si on chante la même chose... chaque fois il faut reconstruire un lien entre nous et avec les spectateurs, je trouve ça passionnant. Mais ce que je préfère, ce sont les coulisses, ces moments où on papote, ces questions qu'on se pose en attendant le signal pour la mise en place, cette fébrilité qu'on masque en se racontant des bêtises, les derniers raccords, les dernières consignes, les encouragements, les rires trop nerveux pour n'être que la réaction à une bonne blague...
Et voilà, il faut y aller, poser le pied sur la scène et tout oublier pour donner le meilleur de soi, à soi et aux autres.
La performance donnée, on y retourne, en coulisses, le cœur plus léger. Et même si l'on est gonflé d'une énergie nouvelle, on se sent tout autant rincé, vidé, fatigué... vient alors le temps de la "descente" qui nous ramène tout doucement sur terre... l'écho des applaudissement se fait plus faible à chaque rappel de mémoire... on s'est changé... on retrouve les siens et on part partager un repas entre amis.
Et dans le creux de son petit coeur, on attend avec impatience la prochaine série de spectacles...

Loréna a dit…

Je comprends ce que tu ressens: ces odeurs, ce petit stress et cette exitation, et puis une fois sur scène ne plus penser à rien, être là face au public qu'on oublie un peu, et ces gestes, ces pas qu'on a mis des semaines à apprendre, à faire et à refaire et qui nous reviennent comme un automatisme... quels beaux souvenirs, d'enfance et de toute jeune fille! Comme toi je ne suis plus qu'une spectatrice qui aime la danse classique ou contemporaine, pourvu que les danseurs me donnent des frissons et m'emmènent ailleurs le temps d'un spectacle!...

Marion Cocklico a dit…

C'est joli tout plein ce petit message !... moi aussi je suis comme toi... simple spectatrice depuis 5 ans maintenant ! Mais je compte bien m'y remettre... je n'ai pas dit mon dernier mot !
des bisettes ;)

la sirene a dit…

Les tutus, les chaussons tout chauds, les rires dans les loges et cette sensation dans tout le corps à la fin du spectacle! ça me manque moi aussi.. Mais on le revit d'une autre manière en tant que spectatrices.. et on le voit différemment des autres spectateurs quand on a commencé par vivre de l'autre côté. Les pirouettes, les arabesques, les déboulés, les fouettés: c'est dans notre corps qu'on les sent, même quand on est assise dans le fauteuil de velours.. N'est ce pas Demoiselle?